Other blogs その他のブログ

Mari Takenouchi Files 竹野内真理ファイルhttp://takenouchimari.blogspot.jp/ 竹野内真理の公開質問Mari Takenouchi's open questions http://koukaishitsumon.blogspot.jp/竹野内真理動画Mari Takenouchi videos http://maritakenouchiyoutube.blogspot.jp/ おかしな人々 http://fukushimaworkerslist.blogspot.jp/ 竹野内真理エッセイhttp://takenouchimariessay.blogspot.jp/

2014年3月12日水曜日

Reporters Without Boarders Covered Mari Takenouchi (Save Kids Japan) Under Criminal Accusation by ETHOS!


Citation from Reporters Without Boarders Webpage: English followed by French article afterwards

http://en.rsf.org/japan-nuclear-lobby-still-gagging-11-03-2014,45980.html

http://fr.rsf.org/japon-trois-ans-apres-la-catastrophe-le-11-03-2014,45979.html


 

Nuclear lobby still gagging independent coverage three years after disaster

Published on Tuesday 11 March 2014.
Printable version Print Send this article by mail Send français
Reporters Without Borders deplores the climate of censorship and self-censorship that continues to prevail in discussion of nuclear energy in Japan three years after the disaster at the Fukushima Daiichi nuclear power plant, 250 km north of Tokyo.
In particular, Reporters Without Borders condemns the treatment of independent journalists and bloggers who are critical of the government and the nuclear energy lobby, dubbed the “nuclear village” by its detractors.
The latest example is a “criminal contempt” complaint against freelance journalist and blogger Mari Takenouchi for a tweet about a project by an NGO called Ethos for encouraging the population to keep living in areas contaminated with radioactivity, which she described as “human experiments.”
“The complaint brought against Mari Takenouchi is yet another example of the way groups linked to the nuclear energy lobby are trying to gag opposing views,” said Benjamin Ismaïl, the head of the Reporters Without Borders Asia-Pacific desk.
“By criticizing the programme to encourage inhabitants to keep living in still radioactive areas, this journalist is just documenting a legitimate and well-substantiated concern about the health risks linked to radiation. We urge the head of Ethos, Ryoko Ando, to withdraw her complaint against Takenouchi, which acts as a deterrent to all independent news providers.
“As we feared in 2012, the freedom to inform and be informed continues to be restricted by the ‘nuclear village’ and government, which are trying to control coverage of their handling of the aftermath of this disaster. Its long-term consequences are only now beginning to emerge and coverage of the health risks and public health issues is more important than ever.”
Ismaïl added: “However, those who try to draw attention to the continuing risks linked to radiation or who accuse of the government of being unprepared or even deliberately minimizing the risks are censored and harassed by the authorities and the nuclear power industry, which increasingly resembles a dark and untouchable mafia.”
Takenouchi, a freelance journalist who has a blog and has translated three books on nuclear radiation, was notified on 29 January by the police of Iwaki Minami, in Fukushima prefecture, that Ethos director Ryoko Ando (also known as Yoko Kamata) had brought a criminal contempt complaint against her in connection with the tweet.
After interrogating Takenouchi at her home for three hours on 13 February, the Fukushima police asked her to go to police headquarters the next day, when she was interrogated for another four hours. The findings of their investigation were sent on at the beginning of March to Fukushima’s chief prosecutor, who will then decide whether to prosecute her.
In her articles and in interviews for independent media, Takenouchi has accused the government of pursing a public relations policy that plays down the radiation health risk for people in contaminated areas.
She has written: “Ethos is a programme where residents including pregnant women and children are encouraged to keep living in contaminated areas through carrying out decontamination and radiation measurement, which most importantly resulted in sickness among the majority of children. This was conducted in Belarus and now is in Fukushima funded by pro-nuclear lobbies.”
She pointed out on 3 February that the Ethos programme’s launch had only been reported at the local level by national public TV broadcaster NHK and some local TV stations. To alert public opinion, she recently posted a video in which she describes the findings of her research, based mainly on material in the public domain, about radiation risks and the dangers that the Ethos programme poses for the youngest sector of the population.
 
This case recalls the libel suit that the head of a nuclear security systems company brought against freelance journalist Minoru Tanaka in 2012 in connection with his coverage of developments in the nuclear energy industry after the disaster. The suit was abandoned in August 2013.
Ever since the Fukushima-Daiichi disaster in 2011, freelance journalists and foreign news media trying to cover Japan’s nuclear energy industry have found their access to information being restricted.
Both Japanese and foreign reporters have described to Reporters Without Borders the various methods used by the authorities to prevent independent coverage of the disaster and its consequences.
They have been prevented from covering anti-nuclear demonstrations and have been threatened with criminal proceedings for entering the “red zone” declared around the plant. And they have even been interrogated and subjected to intimidation by the intelligence services.
Reporters Without Borders is previewing here a passage from the “Fukushima censored” video that will be posted on our website (www.rsf.org) soon.
 
Japan has fallen 22 places in the Reporters Without Borders press freedom index in the past two years, and is now ranked 59th out of 180 countries.
The six-place fall of the past year is partly attributable to the Japanese Diet’s adoption of a special intelligence protection bill on 26 November that will allow the government to classify any sensitive information as a “state secret.”
 
*********************************
 

Accueil - Asie - Japon

Trois ans après la catastrophe, le lobby nucléaire continue de censurer les acteurs indépendants de l'information

Trois ans après la catastrophe, le lobby nucléaire continue de censurer les acteurs indépendants de l’information

Publié le mardi 11 mars 2014.
Reporters sans frontières déplore le climat de censure et d’autocensure qui continue de régner sur la question du nucléaire, trois ans après l’accident nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi (nord de Tokyo). L’organisation dénonce le traitement réservé aux journalistes et blogueurs indépendants et critiques à l’encontre des autorités et du lobby nucléaire, surnommés "village nucléaire" par leurs détracteurs. Dernier cas recensé par l’organisation, la journaliste freelance et blogueuse Mari Takenouchi, accusée d’"outrage criminel" après avoir critiqué l’organisation non gouvernementale " Ethos " et son projet de repeuplement volontaire des zones irradiées.
"La procédure judiciaire lancée contre Mari Takenouchi est un nouvel exemple de la manière dont certains groupes liés à des organismes pro-nucléaires cherchent à museler les voix contradictoires. En dénonçant le programme encourageant les habitants à rester dans des zones irradiées, la journaliste ne fait que documenter une inquiétude légitime, argumentée au regard des risques médicaux liés aux radiations. Nous demandons à la directrice de l’organisation Ethos, Mme Ryoko Ando, de retirer sa plainte à l’encontre de Mari Takenouchi, qui constitue un message dissuasif pour tous les acteurs indépendants de l’information", déclare Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières.
"Comme nous le craignions en 2012, la liberté d’informer et de s’informer continue d’être mise à mal par le ’village nucléaire’ et les autorités, qui s’évertuent à contrôler l’information sur la gestion de ’ l’après-crise ’. Les conséquences de la catastrophe sur le long terme commencent à peine à émerger et les enjeux en matière d’information sur les risques sanitaires et la santé publique sont plus que jamais d’actualité. Mais ceux qui tentent d’attirer l’attention sur la permanence des risques liés aux radiations, de dénoncer le manque d’anticipation des autorités, voire leur politique de minimisation des risques, sont censurés et harcelés par ces dernières et les acteurs privés du secteur nucléaire qui, pris dans son ensemble, ressemble de plus en plus à une mafia opaque et intouchable", ajoute Benjamin Ismaïl.
Le 29 janvier 2014, Mari Takenouchi, journaliste freelance, auteure du blog savekidsjapan.blogspot.fr et traductrice de trois livres traitant des radiations nucléaires, a été informée par la police d’Iwaki Minami, à Fukushima, du dépôt d’une plainte à son encontre par la directrice de l’organisation Ethos, Ryoko Ando (des son vrai nom Yoko Kamata) pour diffamation pénale, suite à la publication d’un tweet dans lequel la journaliste aurait qualifié leur programme d’"expérience sur des êtres humains".
Le 13 février, la police de Fukushima a interrogé la journaliste à son domicile pendant près de trois heures, avant de la convoquer, le lendemain, au commissariat, où elle a de nouveau été entendue pendant quatre heures. Début mars, les informations recueillies ont été envoyées au procureur de Fukushima prochain. Ce dernier devrait ensuite décider de la continuation ou non de la procédure judiciaire à l’encontre de la journaliste.
Dans ses articles et interviews publiés par les médias indépendants, la journaliste dénonce une politique de communication menée par le gouvernement visant à minimiser les dangers posés par les radiations auprès des populations des zones contaminées. Pour la journaliste "Ethos est un programme par lequel les résidents, y compris les femmes enceintes et les enfants, sont encouragés à continuer à vivre dans les zones contaminées en participant à la décontamination et à la mesure des radiations, ce qui a entraîné des maladies chez la majorité des enfants concernés. Ce programme, conduit en Biélorussie et désormais lancé à Fukushima, est financé par les lobbies pro-nucléaires. "Le 3 février, Mari Takenouchi notait sur son blog que l’annonce du lancement du programme Ethos n’avait été relayée que par quelques chaînes locales et la chaîne de télévision nationale NHK, mais au niveau local seulement.
Afin d’avertir l’opinion publique, la journaliste a récemment mis en ligne une vidéo dans laquelle elle décrit l’état de ses recherches, notamment basées sur des sources publiques, sur les dangers liés aux radiations et les risques posés par le programme Ethos pour la frange la plus jeune de la population.
 
Cette affaire n’est pas sans rappeler la poursuite en justice à l’encontre du journaliste freelance Minoru Tanaka, accusé de diffamation par le président d’une entreprise de systèmes de sécurité pour centrale nucléaire, suite à ses enquêtes sur les coulisses de la gestion de l’incident nucléaire à la centrale de Fukushima-Daiichi. En aout 2013, les poursuites ont été abandonnées.
Depuis 2011, les journalistes freelance et les médias étrangers qui couvrent les sujets liés au nucléaire sont particulièrement visés par des restrictions dans l’accès à l’information. Parfois empêchés de couvrir les manifestations anti-nucléaires, menacés de procédures judiciaires pénales pour s’être rendus dans la " zone rouge ", interrogés et intimidés par les services de renseignement, plusieurs journalistes indépendants, japonais et étrangers, ont décrit à Reporters sans frontières les multiples entraves déployées par les autorités pour empêcher une couverture indépendante de l’accident nucléaire et de ses conséquences.
L’organisation dévoile ici un premier extrait du document vidéo " Fukushima censuré " qui sera prochainement mis en ligne sur www.rsf.org

En deux ans, le Japon est passé de la 22eme position à la 59ème position au classement mondial de la liberté de la presse.
En 2014, le pays a encore perdu six places, une chute s’expliquant en partie par l’adoption, le 26 novembre 2013, par la Diète d’un projet de loi sur la “protection des renseignements spéciaux” (special intelligence protection bill), donnant toute latitude au gouvernement pour qualifier de ‘secret d’État’ toute information qu’il jugerait trop sensible.